Instagramable

IlsarpentaientlesruesIls arpentaient les rues, à la recherche du cliché idéal. Ils arpentaient les rues, et ne voyaient que le prisme d’une fleur fatale, le zoom sur une poignée de porte un peu rouillée, le cadrage serré sur un pavé déformé.

Ils arpentaient les rues, l’œil tendu, la main prête à dégainer, les sens à l’affût. Ils arpentaient les rues, toujours prêtes à les surprendre, à leur donner une vue imprenable qu’eux seuls saisiraient ou qu’ils balanceraient dans les limbes anonymes des paysages déjà vus.

Et elles, elles se laissaient traverser, au-delà des contes et histoires qu’on voulait bien leur prêter. Piétinées parfois par des indélicats, des catastrophes ambulantes qui n’avaient d’autres idées que de les capturer, et ne livraient leurs secrets qu’à quelques poètes égarés, qui ne passent par là que pour cheminer… la tête en l’air !

Mai 2019

Soleil à Saint-Michel

On dirait un bouddha au loin sur les rochers de la mer… C’est sans doute un pêcheur sans filet, dernier observateur de ce soleil qui n’en finissait pas de tomber. Un soir de septembre, une haute marée, une vingtaine de copains retrouvés en fin d’après-midi autour d’un apéro partagé improvisé parce qu’avec ce temps faut pas rater ça. On a les copains, le vin qui va bien, le pain (ha non, pas quotidien au secours !), bref, le cœur sur la main. On a le rire enfin, on a le sable fin, on a ce soleil qui nous en mets plein les yeux, on a cette envie de se jeter à l’eau, ce soir de septembre, et même si les flots sont frais, on a l’envie de profiter de ce moment qui s’étire, de ce soir de semaine où tout le monde c’était donné le mot : ce soir, on va à la plage. On s’en fout de demain, on s’en fout si on a plus de vin, on est saouls d’amitié et de simplicité. On s’en fout de nos emmerdes, de ces moments au goût salé qu’on voudrait oublier, ils se noient dans le soleil de Saint-Michel, ce soir magique de septembre.

Septembre 2016

Playa Saint-Michel

cropped-20160823_2107241.jpg