Ralentir, Alexis Horellou et Delphine Le Lay

« Je n’ai qu’une vie et tout le temps que je donne au travail, c’est du temps perdu pour moi ».

Comme Loran[1], qui préface ce roman graphique sorti en 2017et signé Delphine Le Lay, scénario et Alexis Horellou, dessin & couleurs (Éditions Le Lombard), j’ai aimé l’esprit de ce livre. Quel est le point commun entre une jeune fille libre et idéaliste, et un moyen-jeune cadre dynamique, ‘légèrement’ obsédé par son travail ? Pas grand chose, on est d’accord. Pas grand chose si ce n’est une rencontre inopinée un vendredi soir sur le bord d’une route de Bretagne. Lui vient de recevoir une promotion « bien méritée », et elle, s’évade le temps d’un week-end en prenant la clé des champs. Elle, c’est Emma, très nature et un peu rebelle, lui est plutôt coincé dans un quotidien qu’il apprécie. Vraiment ? « J’aime mon travail, je m’y donne à fond et mes employeurs me le rendent bien. Ils me font confiance et me permettent d’évoluer. Je sais que j’ai un avenir dans cette boîte. D’ailleurs, ils viennent de me proposer de changer de poste. Une sorte de promotion. C’est un sacré challenge, mais ils croient en moi. »

Et elle de répondre « A tel point qu’à peine en week-end, ils vous collent un boulot urgent sur le dos. » Peu à peu, les deux personnages de ce roman vont nous embarquer dans un road trip breton avec quelques mésaventures et aventures, le temps pour eux d’apprendre à se connaître, à ralentir un peu cette course folle dans laquelle personne ne sort gagnant… à moins de faire un pas de côté.

J’avais déjà croisé le travail de ces deux auteurs engagés (Plogoff et 100 maisons) et en découvrant ce livre sur les étagères de ma bibliothèque de quartier, je n’ai pas hésité une seconde ! Je le trouve toujours très actuel. Dans sa belle préface, Loran disait « 2017 sera l’année des alternatives, ou ce sera le mur ». Il me semble que le mur, on est en train de commencer à se le prendre, bien durement et avec son lot d’injustices et d’inégalités. Il me semble que l’on peut toujours, à tout moment, freiner, ralentir et se poser un petit peu au bord du chemin. Pas chacun dans son coin, mais ensemble, comme le raconte ce joli roman au graphisme et aux textes très réussis, avec bien plus de talent que ma chronique ne le fait.

Une BD vaut mieux que mille mots, alors un petit conseil pour commencer à ralentir : lisez Ralentir 🙂

Et un petit bonus audio (enfin, pas sûre que ce soit un bonus mais bon, vous me direz hein ?).

Extrait de la page 35 de la BD « Ralentir », un premier podcast inédit et assez loupé, soyez indulgent.e.s merci ! Cet audio s’auto-détruira après lecture.

[1] Loran, ex-Béruriers Noir et membre du groupe « Les Ramoneurs de Mehnirs »

Site de l’éditeur :

https://www.lelombard.com/bd/ralentir/ralentir

4 réflexions sur “Ralentir, Alexis Horellou et Delphine Le Lay

  1. Merci Agnès pour ce 1er podcast Critique littéraire, toujours aussi intéressant à lire qu’à écouter maintenant… et sans indulgence😉
    Ah ralentir… Oh combien ce verbe résonne si bien aujourd’hui dans un monde où beaucoup de ceux qui turbinent sont épuisés et où tant d’autres sont empêchés dans leur désir de créer, de travailler et subissent ce ralentissement forcé !!!
    Tu m’as donné envie de lire cette BD… Gracias et à très bientôt 😘😘

    Aimé par 2 personnes

Répondre à Les brèves d'Agnès Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s