Conte de Noël

Le calme après la tempête. C’est vraiment comme ça. Le grand arbre de Noël planté sur la place du village ne s’est pas envolé, constat presque décevant en ouvrant ma fenêtre ce matin.

J’aurai aimé qu’il s’envole, parte en travers de la route, que de petits attroupements de personnes se fassent et qu’ils se demandent comment le sauver. Il faut sauver -l’arbre- de Noël. Et ça serait le titre d’une nouvelle aventure, où le fier sapin, déjà coupé, déjà mort, se relèverait une dernière fois de ce second affront de la nature, à moins que cela ne soit celui des Hommes.

Las, il est toujours là. Et ses lumières chaleureuses sont en veille. Un bijou de technologie les rallumera à l’heure ad-hoc, pile au moment où les âtres se teinteront de rouge feu, et où les mets festifs sortiront des bois. Sanglier sur patates chaudes, rôti d’écureuils en coquilles d’escargots, biches en papillotes de fèves de tonkin, bûches avec petits bonhommes à bonnets blancs et nains de jardin en brochettes d’herbes, marrons rôtis au miel d’abeilles*.

Hum, miam, miam se régaleront les grands et petits enfants que nous sommes. Puis, à l’heure où le géant de la place se mettra en veille, à moins que, comme nous, il ne bénéficie d’un horaire aménagé de couvre-feu, les familles repues iront se lover sous couettes et oreillers de plumes folles. Y déposer la poésie d’un monde enchanté, y laisser flotter leurs rêves de neige et de traîneaux le long de sillages étincelants. Nuit.

Au petit matin, le sapin sera sans doute là, puisqu’il a résisté à la tempête de la veille. Il sera éteint tandis que les mains agiles des plus petits dérouleront les bolducs étoilés cachant des surprises. On ira se faire un café et du chocolat en pyjama, tout en devisant sur le goût des clémentines et en lisant les citations des papillotes. « Les vrais gourmands lisent en remuant les lèvres pour déguster les mots. » Yvan Audouard. La citation ira rejoindre quelques papiers dorés, et le chat de la maison se fera remarquer en livrant un combat sans merci contre ces ninjas multicolores. On rira aussi, de choses pas importantes, puisque c’est un jour où on peut trainer des heures entières. Y laisser filer le temps, y goûter les madeleines tièdes à la sortie du four, se brûler les doigts en attendant la nuit.

La nuit où l’on ira en excursion dans la forêt pour y remiser sapins, bûches, feuilles et observer les escargots s’enrouler le long des branches tordues. Bien assis sur nos rochers volants, on se dira que vraiment, le calme après la tempête nous fait du bien, et qu’il suffira à l’avenir de revenir ici, observer la nature pour simplement, y puiser l’envie de jours meilleurs.

24 décembre 2020

* recettes disponibles sur demande

Un petit conte de Noël pour vous souhaiter de joyeuses fêtes de fin d’année, et aussi, vous remercier de me lire à chaque fois avec plein d’attentions, ça fait chaud au coeur 🙂 A très vite ! Agnès

PS : Et comme d’habitude, je veux bien vos idées de bande-son pour ce conte !

Bjork et son univers incroyable ! Merci Johan pour la bande son de ce conte de Noël

8 réflexions sur “Conte de Noël

Répondre à Crénan Martine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s