Catégories
Voyages

Plages interdites

On était le 8 mai. La poignée de messieurs-dames qui avait assisté à la cérémonie s’était dispersée on ne sait où. Pas au café, il était fermé.

Le bruit d’une tondeuse entrecoupé de « oh merde ! » lui parvenait par dessus le mur. Les voisins semblaient faire une compet’ maintenant que le chant des partisans s’était tu. On était le 8 mai, les drapeaux  hissés depuis la veille, la poignée de messieurs-dames qui avait assisté à la cérémonie s’était dispersés on ne sait où. Sûrement pas au café, il était fermé. Le temps pourtant se prêtait à un verre en terrasse. Alors par dépit sans doute, ils avaient dû se rendre dans leurs jardins. Faire chanter les tailles-haies… est-ce que c’était autorisé un jour férié ? Elle se demandait ce qui était encore autorisé d’ailleurs. Toutes les lignes devenaient floues, les certitudes s’effaçaient dans un brouillard désagréable où même les plus proches semblaient se perdre.

Trévou Tréguignec. Crédit : Sylvain Raher
Trévou Tréguignec. Crédit : Sylvain Raher

Le temps se prêtait aussi à une escapade à la mer. Pour voir si la lumière y serait aussi belle que sur les murs étiolés de sa maison. Pour s’abreuver de ses chemins côtiers, sentir le parfum de ces petites fleurs roses sous le ciel d’azur. Ôter ses souliers, les balancer sur un rocher et courir dans les vagues. Jouer les filles du bord de mer. Se fondre dans l’écume et s’enrober d’iode. Oui mais ça, elle savait que c’était défendu. Jusqu’à quand ? Elle s’y perdait. Elle avait bien entendu la clameur qui montait, depuis quelques jours, ces fracas qui se brisaient contre un État sourd à leur demande. Ouvrir les plages comme les magasins, c’était ça le nouveau combat. On en devenait dingues. Pourquoi pas. Qu’est-ce qu’il nous restait maintenant que la Terre se dérobait sous nos mains avides ?

« Ecrire, c’est prendre la mer »

« Ecrire, c’est prendre la mer » dit souvent le poète Marc Alexandre Oho Bambe. Alors il lui restait encore ça, la mer, au loin, et l’envie d’embarquer. Tout à l’heure, la cérémonie l’avait laissée indifférente. Presque. C’était pas pour elle, plus pour elle. En écoutant les paroles des chants de guerre, pourtant, elle avait tendu l’oreille : « Nous on marche, nous on tue, nous on crève ». Non, on était pas dans la même guerre. Pourtant les guerres, la misère continuaient de tuer. Nos modes de vies aussi, mais ça, elle n’aimait pas trop y penser. L’humanité s’enfonçait chaque jour un peu plus dans de sordides décomptes. Certains étaient bien plus dangereux que les voisins armés de cisailles. Même un peu bourrés, un peu cons, ils ne rivalisaient pas avec les grands de ce monde, qui semblaient totalement se foutre des dégâts qu’ils causaient. Qui fonçaient à vive allure.

Sur ces pensées sombres, elle retourna se poser sur une marche, devant la porte. Le soleil se voilait maintenant, et les bruits s’étaient accordés pour cesser. L’heure du repas. Du café d’après-midi. D’un jour férié dont on ne savait que faire. D’une liberté comme une prison dorée, de petits bonheurs confisqués comme on range des jouets, trop usés, trop fragiles pour qu’on y touche encore. De mémoires qui surgissent du passé, pour qu’on ne les oublie jamais. Elle termina son café, sourire aux lèvres. Les chants des oiseaux étaient revenus.

8 mai 2020

Merci beaucoup à mon pote Sylvain Raher pour la photographie, magnifique qui me donne de bonnes vibes de bord de mer ! En plus d’être un excellent photographe, Sylvain est un bon cuistot, allez faire un tour sur son blog la casserole végétale

PS : je suis désolée Sylvain, je trouve pas le moyen d’ajouter la légende sous la photo, mais j’te jure, avant, j’y arrivais 😉

Par Les brèves d'Agnès

Brèves de la vie quotidienne, voyages, expos, portraits, histoires de la nuit ou bouquins pour insomniaques : bienvenue sur mon blog !
PS : je sais, c'est bref comme description ;)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s