Fatal végétal

Quel est le rapport entre une betterave, un apéro pré-festif et Béatrice Shonberg ? Un rapport malsain, voire toxique, des personnages qui ne se marient pas bien avec « l’esprit de Noël ». Commençons par Béatrice Shonberg (c’est qui déjà elle ?). A priori, ce n’est pas la personne idéale pour passer un réveillon. Elle a gâché le mien. Tandis que je déambulais dans une allée de super-magasin à la recherche de pain de mie, je tombe nez à nez avec un animateur en chemise blanche, micro à la main et air concentré. Il a un petit fan-club de 2 – 3 personnes autour de lui, qui attendent tout aussi concentrées quelque chose. Soudain à mes oreilles, l’association des mots « bouteille de champagne » et « à gagner » a fait tilt. Hé ouais, c’est le grand jeu de Noël. Le pain de mie attendra un peu, je me poste derrière un présentoir en plastok et j’attends la question qui va naître de l’imagination débordante de l’animateur. « Alors, une question pour rester dans l’univers des présentateurs ! » Suspens dans l’auditoire, captivé. « Tiens, (genre il improvise) qui est le mari de Béatrice Shonberg ? ». Ah, le vil, l’imposteur. Les visages se figent. Comme les autres restent muets de stupeur, je tente un « Euh, chais pas, David Pujadas ? ». L’animateur secoue la tête, puis s’éloigne, imperturbable, vers une femme âgée en caddie « Vous avez la réponse Madame ? » L’autre bafouille, dans le micro tendu « Euh, ben Jean-Louis…. » Ah, vous avez le prénom ! Jean-Louis Borloo ! Bravo ! Alors là, les bras m’en tombent… Quel salaud ! Elle avait même pas son nom. A elle le champagne, à moi le pain de mie. Merci Béatrice. Bon, j’ai lâché l’affaire devant tant de mauvais foie gras.

Mais, le soir venu, j’ai voulu me consoler en prenant un petit apéro, tranquilou, en mode « pré-festif » comme dirait ma copine Isa. Et là, inspirée par mon pote de la Casserole Végétale, je coupe quelques rondelles de betteraves chiogga, et je me sers un verre de rosé. Tout allait bien, mon échec à gagner une pauvre bouteille de champagne était déjà oublié, quand ma gorge se mit à se rebeller. Des picotements, des gratouillements, un vin soudain dégueulasse… What ? Je tousse, je crachote, je râclotte, je me sens soudain agressée. En googuelisant mes symptômes, je découvre avec effroi que les betteraves crues sont soupçonnées dans plusieurs cas d’intoxications alimentaires et ou d’allergies. Fatal végétal ! La veille d’un réveillon, être intoxiquée à cause d’une pauvre rondelle de betterave crue, c’est un peu triste.

Alors, pour ne pas risquer vous aussi un malheureux tour de la racine perverse, quelques conseils : éviter les végétaux crus sous toutes les formes, par mesure de prudence. Ah, mais que va-t-on manger ? Pas de panique, rendez-vous sur le blog de la Casserole végétale, il parait que le cuistot a concocté un menu spécial fêtes garanti sans betteraves, ou juste pour la déco 😉

Merci à Sylvain pour son menu spécial fêtes qu’il a l’air trop bon, retrouvez toutes les infos par ici >> Menu spécial fêtes (ça marche pour ton Noël, un dîner aux chandelles avec Jean-Lou, ton reveillon ou toute autre occaz’)

24 décembre 2019

Et en cadeau, une ptite chanson de Noël 🙂

 

 

4 commentaires

  1. Excellent en ce jour de réveillon,
    Un élan de bonne humeur s’est emparé de moi devant mon bol de café à la lecture de ton très beau texte.
    Merci pour ce joli cadeau de Noël que tu offres à tes admirateurs.
    Joyeux Noël Agnes!
    Vincent

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s